couple vegetarienne

[ Vidéo ] Comment rester végétarienne quand mon conjoint ne l’est pas ?

Je continue à répondre à vos questions en vidéo !

Cette semaine, une petite réflexion concernant la gestion du quotidien d’une végétarienne donc le conjoint ne l’est pas…et pour qui l’organisation des repas devient un vrai casse-tête ! Voici mes conseils pour fluidifier le quotidien de Gwenaëlle 😉

 

************ RETRANSCRIPTION DE LA VIDÉO ************

Bonjour, ici Amélie du blog Devenir Végétarien.

Aujourd’hui, je vous accueille dans cette nouvelle vidéo, où je réponds à la question qui m’a été posée sur la chaîne Youtube par Gwenaëlle il y a quelques jours, à savoir : Comment réussir à maintenir un régime végétarien quand notre conjoint ne l’est pas ?

Alors, c’est une vaste question ! J’ai envie de te demander, Gwenaëlle, tout de suite : « Est-ce que tu es obligée de garder le même conjoint ou pas ? » parce que ça éviterait pas mal de prises de tête et de complications au quotidien, mais bon…peut-être qu’il est super choupinou, et que peut-être que vous avez 2 filles ensemble et que c’est l’homme de ta vie, donc on va essayer de répondre sérieusement à la question. (Mais oui bien sûr je rigolais…! pas pu m’empêcher désolée 😉 )

La première chose à prendre en compte, je pense, c’est qu’aucun des 2 partenaires du couple, à la fois la personne végétarienne et la personne qui ne l’est pas, ne doit se sentir lésé dans l’histoire. Donc l’important c’est que chacun puisse s’exprimer sur ce qu’il souhaite manger et ne souhaite pas manger, et que chacun y trouve son compte. S’il y a des frustrations sur ce point là, à mon avis ce sera source de conflit, et il ne faut pas que la bouffe devienne une source de dispute dans le couple ! Donc on va essayer d’aborder les choses sereinement pour que chacun se sente pris en compte.

P(V)EUX-TU CUISINER DE LA VIANDE ?

A mon avis, la première question à te poser, Gwenaëlle, c’est :  » Est-ce que je suis prête à cuisiner de la viande, et à en acheter pour mon mari ou pas? » Je pense que c’est le point principal que tu dois éclaircir et voir avec lui. Mais bon, je pense que ça concerne tous les couples où l’une des 2 personnes est végétarienne et l’autre ne l’est pas.

Personnellement, j’ai de la chance parce que mon petit mari est également végétarien, donc cela facilite beaucoup beaucoup les repas. J’ai bien conscience que cela peut être parfois compliqué. Moi personnellement, je ne pourrais pas, en l’état actuel des choses, aller acheter de la viande au supermarché et la cuisiner. Je suis arrivée à un stade de ma vie, où juste ça me répugne de dépenser de l’argent pour ça, et de continuer à cautionner l’élevage de masse et l’abattage des animaux. Et puis accessoirement, juste tenir un morceau de viande dans mes mains ça me dégoûte. Donc si c’était moi, je sais que je ne pourrais pas en cuisiner. C’est à vous de voir dans votre couple, mais je pense qu’il faut que les choses soient claires dès le départ, à savoir est-ce que la personne qui est végétarienne est prête à faire cet effort là pour l’autre ou pas ? Auquel cas, eh bien, l’autre est au courant que s’il veut de la viande, il va se l’acheter et il la cuisine pour lui quand il a envie ! (oui je sais je suis vilaine)

ORGANISEZ VOS MENUS DE LA SEMAINE

Le 2ème point important à prendre en compte, c’est d’avoir une organisation des menus de la semaine. C’est hyper important, déjà dans une organisation de vie de famille, mais en plus quand il y a des différences sur le plan du régime alimentaire c’est bien de s’organiser.

Ca peut être fait le dimanche soir, par exemple, ou à un autre moment de la semaine. Mettez-vous tous les deux, côte à côte, voyez comment vous allez gérer vos menus de la semaine : à la fois pour qu’il y ait des menus complètement végétariens – peut-être, s’il l’autre est prêt à faire cette concession là. Ca peut être pas du tout frustrant, avec des céréales, légumineuses, ou des simili-carnés, ça c’est super facile à faire tous ensemble. Ca peut être des spaghetti bolognaise avec du haché végétal. Ca peut être d’autres plats, où les végétariens vont avoir leur escalope de tofu, de blé, ou des nuggets pour les enfants, et l’autre personne sera libre, à côté, de se faire un peu de viande si elle en a envie.

Attelez-vous à la tâche, faites ça, essayez de remplir votre agenda de la semaine, avec à la fois des menus qui conviennent à tout le monde et où vous pouvez avoir un plat unique pour toute la famille / et puis d’autres moments où la personne qui a envie de manger de la viande pourra se faire plaisir en cuisinant, et où vous à côté en tant que végétarien vous aurez soit un accompagnement plus riche ou alors vous ferez votre petite popote.

A mon sens, pour que les choses soient harmonieuses dans une vie de couple et une vie de famille, le plus important c’est vraiment la communication et l’organisation. C’est-à-dire ce que vous êtes prêt à faire ou à ne pas faire, et comment vous gérez vos repas de la semaine ensemble ? Histoire que les choses soient équilibrées.

Gwenaëlle, toi qui es végétarienne, tu m’as dit que tu cuisinais souvent 2 plats différents, un plat végétarien et un plat qui n’est pas VG. Et du coup, quand tu n’as pas le temps, c’est le plat végétarien qui passe à l’as. Peut-être que pour toi ça serait bien que tu cuisines ton plat végétarien, et que ton conjoint ajoute sa petite touche de viande quand il en a envie. Il faut que toi tu puisses aussi manger selon tes envies et tes convictions, pour moi c’est super important. A ta place, je me sentirais un petit peu frustrée, et je pense que je ronchonnerais dans mon coin, mais peut-être parce que je suis juste super chiante en fait !

J’espère que ces conseils t’aideront à fluidifier ton organisation familiale sur le plan, du végétarisme. Et peut-être qu’en cuisinant de super petits plats végétariens ou vegan, vous allez réussir à convertir à la cause votre amoureux ou votre amoureuse. Foncez, faites vous plaisir, et ne laissez personne se frustrer dans l’histoire. Voilà mon conseil.

Laissez-moi vos commentaires pour me dire comment vous gérez le végétarisme au quotidien dans votre vie, parce que ça m’intéresse ! N’hésitez pas à continuer à me poser des questions, je me ferai un grand plaisir de vous répondre en vidéo. 🙂

A très bientôt !

recette crêpes vegan

Recette facile de crêpes vegan !

Je vous avais déjà fait part de cette recette de crêpes vegan dans un ancien article, qui avait eu pas mal de succès. Alors aujourd’hui, je vous la fais en version vidéo 😉

L’avantage de cette recette, c’est sa simplicité et sa convivialité : rien de mieux pour démontrer qu’on peut facilement manger vegan sans se prendre la tête, et en restant d’incorrigibles gourmands !

Si vous préférez la version écrite, cliquez ici, et sinon bon visionnage 😉

IMPORTANT :  si vous aimez cette vidéo, partagez-la ! Cela m’encouragera à vous en proposer plein d’autres !

apero biere

Apéro végétarien : 3 recettes faciles !

L’apéro est un moment convivial par définition, mais aussi souvent l’occasion de grignoter pas mal de produits d’origine animale. Voici quelques recettes et astuces pour réaliser facilement un apéro végétarien sans ennuyer vos invités 😉

POUR COMMENCER, J’AI 1 bonne et 1 mauvaise nouvelle…

Bon allez, je commence par la mauvaise…Il va falloir dire adieu à la planchette de charcuterie tranchée finement, saucisson, chorizo, chiffonnade et tous leurs amis. Oui je sais, c’est triste, mais heureusement voici la bonne nouvelle…

…Le mojito est végétarien, yepaaaa !!!! Nous sommes donc sauvés et tout devrait normalement bien se passer (bon messieurs, je vous rassure, la bière l’est aussi…quoi qu’il paraît que de nombreuses bières ne sont pas vegan, mais je vous plomberai le moral une autre fois ^^)

apero vegetarien

3 RECETTES FACILES POUR UN APÉRO VÉGÉTARIEN RÉUSSI

LE HOUMOUS MAISON

INGRÉDIENTS :

  • Une boîte de pois chiches en conserve (ou pour les courageux, des pois chiches secs que vous aurez fait tremper une nuit) 300g environ
  • Un citron
  • De l’ail
  • De l’huile d’olive
  • De l’eau
  • Des graines de sésame
  • Sel, poivre

LA RECETTE :

  • Rincer les pois chiches à l’eau claire. Les placer dans votre mixeur ou blender.
  • Peler 2 gousses d’ail et les réduire au presse-ail. Vous pouvez en mettre un peu plus, mais personnellement j’ai envie que mes invités survivent à mon haleine donc j’évite d’en mettre de trop ! Avec 2 gousses, votre houmous sera suffisamment relevé. Ajoutez-les aux pois chiches.
  • Ajouter du sel et du poivre selon votre convenance.
  • Puis 3 cuillers à soupe d’huile d’olive, d’eau et de jus de citron.
  • J’aime bien ajouter quelques cuillerées de graines de sésame pour rehausser le goût.
  • Mixez le tout, ajoutez du citron ou de l’eau pour obtenir le goût et la consistance qui vous convient.

Tadaaaammm ! En 5 minutes, votre houmous maison est terminé ! Il peut être servi tartiné, ou pour accompagner des bâtonnets de légumes – carottes et surtout concombres se marient très bien avec.

LE GUACAMOLE MAISON

Un de mes petits chouchous de l’apéro, ça a peut-être un lien avec le fait que ça se marie juste super bien avec un bon mojito…enfin, je dis ça, j’dis rien…!

INGRÉDIENTS :

  • 2 avocats bien mûrs
  • 1 oignon rouge
  • Quelques tomates cerises
  • 1 citron vert
  • Des épices. Personnellement j’adore les mélanges d’épices spécial Guacamole de chez Old El Paso, déjà tout prêt et super relevé !

RECETTE :

  • Ecrasez à la fourchette 2 avocats bien mûrs jusqu’à obtenir une texture lisse (ou, si vous avez la flemme, mixez-les!)
  • Ajoutez votre mélange d’épices,
  • Puis l’oignon émincé en fines lamelles et de petits dés de tomates cerises
  • Mélangez le tout avec le jus d’un demi-citron vert
  • Servez avec des chips de maïs, plus ou moins épicées selon votre goût.

LES VERRINES AVOCAT/POIVRON

A tester d’urgence, car cette recette est une véritable tuerie en plus d’être super facile.

INGRÉDIENTS :

  • 2 avocats
  • 2 poivrons rouges
  • 2 gousses d’ail
  • Un citron
  • Sel, poivre

RECETTE : 

  • Coupez vos poivrons en 2, évidez-les et laissez-les noircir au four sur une plaque recouverte de payer sulfurisé pendant 20 minutes à 210°, en les retournant à mi-cuisson.
  • Une fois sortis du four, placez-les quelques minutes dans un sac plastique puis pelez-les
  • Coupez ensuite les poivrons en morceaux et mixez-les. Réservez.
  • Epluchez et coupez vos avocats.
  • Mixez-les avec 1 à 2 gousses d’ail selon vos goûts et le jus d’un demi-citron.
  • Dressez vos verrines à l’aide d’une poche à douille : dans le fond de la verrine l’avocat, puis le poivron.
  • Pour customiser un peu l’ensemble, vous pouvez ajouter un petit « topping » avec des oignons frits, des graines de courge, de sésame…bref, lâchez-vous !!

PENSE-BÊTE DE L’APÉRO VÉGÉTARIEN

  • Oubliez le poisson, les rillettes de thon, les sushis…les végétariens ne mangent pas de chair animale et donc pas de poisson !
  • Soyez vigilants si vous achetez de la tapenade toute prête : elles contiennent souvent des anchois, et il faut scruter les étiquettes pour le voir. Ouvrez l’oeil !
  • Faites la part belle aux fruits secs, crudités (carottes, concombres, radis, chou fleur…), olives, pour un apéro gourmand et sain à la fois !
  • Pour le reste, soyez imaginatifs et faites vous plaisir, votre apéro végétarien sera à coup sûr réussi !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !! 😉

 

carence en vitamine B12

Comment gérer une carence en vitamine B12 et B9 ?

 

Comme je vous l’avais annoncé la semaine dernière, je me suis engagée à réaliser pour vous une vidéo par semaine, dans laquelle je réponds à vos questions. Cette semaine, je réponds à une question posée sur Youtube, concernant la conduite à tenir face à une carence en vitamine B12 et B9 (ou acide folique).

  • Comment gérer cette carence en vitamine B12 ou B9 ?
  • Faut-il ensuite se supplémenter systématiquement en vitamines ?
  • Est-il possible de modifier son alimentation afin d’éviter que cette carence récidive ?

********** RETRANSCRIPTION TEXTE DE LA VIDÉO  **********

Je vous souhaite la bienvenue dans cette nouvelle vidéo 🙂 Aujourd’hui, je réponds à l’une de vos questions, qui m’a été postée en commentaire récemment. Cette question m’a été posée par une personne qui mange encore des produits d’origine animale (oeufs, laitages, poisson), mais qui se retrouve carencée en vitamine B12 et B9.

Comment gérer ces carences ? Faut-il se supplémenter systématiquement ? Doit-on se supplémenter par des compléments alimentaires, ou est-il possible de modifier son assiette pour pallier à ces manques ?

1. COMMENT FAIRE FACE À UNE CARENCE EN VITAMINE B12 OU B9 ?

Tout d’abord, en cas de carence avérée comme c’est le cas, il faut reconstituer ses stocks en vitamines B12 (exclusivement d’origine animale) et B9. Votre médecin peut vous prescrire des ampoules de vitamine B12 à boire : 1 ampoule par jour, pendant 2 à 4 semaines selon la profondeur de votre carence. Pour la vitamine B9 (ou acide folique), vous pouvez prendre 1 comprimé par jour d’acide folique pendant 3 semaines, en général cela suffit pour compenser rapidement une carence.

2. FAUT-IL se supplémenter systématiquement OU ADAPTER SON ALIMENTATION ?

VITAMINE B12

Par la suite, pour éviter la survenue de nouvelles carences, il vous faudra :

  •     prendre un complément de vitamine B12, car visiblement vos apports en produits d’origine animale ne sont pas suffisants sur ce point. Vous pouvez boire 1 ampoule de vitamine B12 tous les 10 j (sur prescription de votre médecin, ou à acheter en pharmacie), ou acheter des compléments alimentaires type Veg1. Celui-ci a l’avantage de comporter de la vitamine B12, mais aussi B2, B6, B9, B12, vitamine D et de l’iode. En prenant 1 comprimé par jour, normalement vous évitez les carences 😉 Il coûte extrêmement peu cher, environ 10 euros pour 3 mois, donc je ne vois pas pourquoi s’en priver !!
  •     sur le plan de l’alimentation, la vitamine B12 étant d’origine animale, à moins de manger plus de produits provenant des animaux, vous ne pourrez pas en trouver dans les végétaux !

VITAMINE B9 / ACIDE FOLIQUE :

En revanche, vous pourrez augmenter vos apports en acide folique, ou vitamine B9, en en modifiant légèrement votre alimentation.

Parmi les aliments riches en acide folique on trouve :

  • les légumineuses = haricots blancs, lentilles, pois chiches
  • les oléagineux = graines de tournesol, cacahuète, chataigne, noisette, noix. Elles ont aussi l’avantage de contenir du fer et du calcium donc ce serait dommage de s’en priver 😉
  • les céréales au son ou muesli (bien entendu muesli nature sans sucres ajoutés)
  • les légumes = principalement les légumes verts, asperges, salades, etc !
  • les fruits = melon, abricot, banane

C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que ces conseils vous aideront à équilibrer votre alimentation végétarienne. Je vous rappelle les points importants :

  1. En cas de carence en vitamine B12 ou B9 avérée, refaire vos stocks à l’aide de compléments prescrits par votre médecin.
  2. Vitamine B12 : supplémentation obligatoire après carence, et pour les végétaliens (1 ampoule tous les 10 jours, ou Veg 1 plus complet tous les jours)
  3. Vitamine B9 : alimentation riche et variée en légumes verts, légumineuses, céréales, noix et graines en tout genre 😉

Si cet article, ou cette vidéo, vous ont été utiles, partagez-les avec vos amis ! 😉

vache-enfant

6 mois de Défi Végétarien : Le Bilan !

Il y a 6 mois de cela, je créais ce blog en me lançant le défi de devenir complètement végétarienne. Même si j’avais déjà eu une période végétarienne dans le passé, cette fois c’est animée d’un désir et d’une motivation nouvelle que j’ai abordé les choses.

Je m’étais fixé 6 mois pour changer ma façon de m’alimenter, donc c’est le moment de faire le point ! Reprenons ce que je m’étais fixé :

1. Ne plus acheter ou cuisiner DU TOUT de viande, poisson ou chair animale quelle qu’elle soit.

 ➡️ Oui, ça c’est fait, testé, approuvé, no problemo ! Cette habitude est ancrée dans mon quotidien et celui de ma famille. Même les filles ont compris qu’à la maison, on ne mange pas les animaux. Même si, du fait de leur âge, les paroles et les gestes ne sont pas toujours en accord, elles se sont approprié cela et en viennent même à le revendiquer, pour ma plus grande fierté !

fruits-baies-vegan

2. Dans un second temps, ne plus en manger non plus en dehors de chez moi (resto, amis, boulot…)

➡️ Cette tâche s’est avérée bien plus difficile que je ne le pensais : pour le restaurant, pas de problème, j’y mange désormais végétarien sans problème. Pour les apéros entre amis, je vous avoue, je bave toujours devant les tranches de saucisson sec qui se retrouvent posées devant moi…mais le grand progrès est que je n’y touche plus (ce qui me demande juste un effort surhumain et entraîne une vengeance compulsive sur les chips ^^) !

Yes, I can !
Yes, I can !


Pour le boulot, c’est un peu plus compliqué; comme il n’y a pas de possibilité d’y manger végétarien, je n’y mange plus. En revanche cela pourrait être mieux, car je prends rarement le temps de me cuisiner un repas à emporter à l’avance…ça se résume donc régulièrement à un sandwich maison fait en 2 min le matin alors que j’ai déjà mon manteau sur le dos, avec un laitage et un fruit…je crois que c’est une piste à améliorer pour les prochains mois, parce que là franchement ce n’est pas du tout l’éclate !

3. découvrir un peu mieux les protéines végétales (tofu, tofu soyeux, seitan et encore plein de choses que je ne connais absolument pas!)

➡️ J’ai fait pas mal de découvertes très sympa ces derniers mois, notamment le tofu fumé, et les tofus aromatisés, tofu soyeux…et ceux-ci trouvent peu à peu leur place dans notre assiette? Néanmoins je n’ai pas encore fait le tour complet de la question, je ne me suis pas encore aventurée du côté du tempeh par exemple…à suivre 😉

4. réussir à faire abandonner la passion du « zambon » à ma petite de 3 ans, pourquoi pas en allant vers les « viandes végétales ». 

➡️ Les viandes végétales, oui ! L’envie grandissante d’arrêter de manger les animaux : oui ! Mais pour l’instant tout ça ne fait pas le poids face à une tranche de jambon. Mais on avance, c’est le principal ! Au moins elle ne demande plus à en acheter quand on fait les courses 😉

cochon-nage-vegetarien

5. STOP aux autres produits provenant d’animaux morts, notamment présure et gélatine. 

➡️ Pffff…en fait trop facile…! Et j’ai fait récemment mes adieux larmoyants à mon dernier morceau de mimolette. Motivée ! Je crois que lorsque l’on sait pourquoi on fait les choses, les obstacles fondent comme neige au soleil !

6. Lire et chroniquer un livre par mois sur la cause animale, le végétarisme ou le veganisme. 

➡️ Euh…oui bon là, j’avoue j’ai été un tout petit peu trop optimiste…3 chroniques de livres en 6 mois, dont un livre pour enfants et une BD…Sur cet objectif là on peut dire que je me suis gaufrée ! (Oui, un végétarien ne se viande pas, il se gaufre, haha !)

 J’avais sous-estimé mon temps libre pour lire, entre le travail, les moment passés à écrire pour le blog et ma vie de famille. En clair : pour le moment je n’ai juste pas le temps de lire !! En revanche, j’ai toujours à coeur de lire des ouvrages traitant du végétarisme. En ce moment, je lis « Plaidoyer pour les animaux » de Matthieu Ricard et je vous en parlerai avec plaisir quand je l’aurai terminé (repassez dans 6 mois, pas avant !)

livres

7. Découvrir, apprivoiser et vous présenter un aliment « vegé » par mois.

➡️ Pour la découverte sur le plan personnel, je pense que oui. Seulement, je n’ai pas tenu mon engagement de présenter toutes mes découvertes… Je me rends compte que je vous ai surtout parlé du tofu sous toutes ses formes ! Cependant, en fouillant, je vois que je vous ai parlé des graines germées, des laits végétaux, du fonio, d’une recette de crêpes vegan (vous retrouverez ces articles sans peine dans la catégorie « Manger végétarien ») et de quelques recettes sympa…

Finalement, ce n’est pas optimal mais pas si mal 😉 Auriez – vous aimé que je vous présente d’autres produits végétariens ou vegans ?

MON NOUVEAU DÉFI POUR LES 6 MOIS À VENIR

Grâce à la création de ce blog, qui me pousse à me documenter et à m’investir chaque jour, je suis plus que jamais motivée à poursuivre cette démarche et à continuer d’en parler. Ce défi est l’occasion d’un énorme changement dans ma vie. Le point de départ est le suivant : j’ai envie de vivre selon mes convictions profondes. De ce fait, je ne consomme plus ce que je ne cautionne pas. Cela concerne l’exploitation animale, mais entraîne un changement perceptible dans ma façon de consommer : je boycotte l’huile de palme, je n’achète plus que du bio, et ai envie de consommer « moins mais plus intelligent », même en ce qui concerne l’habillement, le logement…

Bref, toute ma vie se trouve chamboulée par ce choix et ces envies. C’est perturbant mais ça fait du bien de se sentir vivant, de se raccorder à l’essentiel, de sortir des schémas et des chemins qu’on essaie de nous faire emprunter à longueur de temps, à longueur de vie…

arbre-chemin-defi

Le végétarisme est important, et déjà une grande avancée, cependant quand je vois les souffrances endurées dans les élevages laitiers et de poules pondeuses (entre autres), je me dis que je ne veux plus de ça dans ma vie non plus. Pas de souffrance ou de mort dans mon assiette, mon dressing ou mon mug !

Bref, voici mon défi pour les mois à venir : devenir vegane, c’est-à-dire adopter une alimentation sans aucun produit d’origine animale, mais également supprimer tout produit résultant de l’exploitation animale (cuir, laine angora, miel…)

Vous me suivez dans l’aventure ? Laissez-moi vos réactions en commentaire et je me ferai un plaisir de vous répondre 😉

post-it-notes

Posez-moi vos questions !

Bonjour à tous !

Comme vous l’avez surement remarqué, je viens de créer une chaine Youtube avec une première vidéo publiée la semaine dernière. Bien que l’exercice me soit encore difficile pour plein de raisons, je trouve que ce format a l’avantage d’être plus humain et chaleureux qu’un long discours 🙂

J’ai remarqué que vous me posez régulièrement des questions sur le végétarisme, dont les réponses restent plutôt confidentielles, car envoyées par mail ou en réponse à un commentaire que beaucoup d’entre vous ne liront pas.

Aussi, comme j’aimerais vous apporter un maximum de conseils et d’informations, et que ceux-ci soient visibles du plus grand nombre, je vous propose un petit défi « Une vidéo par semaine ». Regardez la vidéo qui suit pour voir ce que je vous propose 😉

Alors, qu’en pensez-vous ?

Si vous êtes partants pour me rejoindre dans l’aventure laissez-moi une question en commentaire sous la vidéo ! 😉

medecin-vegetarien

[ VIDEO ] Pourquoi les médecins ne comprennent pas les végétariens ?

Oyé, oyé, première mondiale, énorme scoop ! Ma première vidéo est en ligne, wouuuhouuuu !!

Non sans mal, avec quelques défis techniques de base, prises de tête de montage, combat à mort avec les paramètres de ma chaîne Youtube, sans oublier l’éternel et destructeur « laissetomberjepeuxpasregarderçac’estjustehorrible » !

Enfin, la voilà, Tadaaaam !!! (je sais la technique mérite d’être améliorée, mais c’est en forgeant qu’on devient forgeron 😉 )

Pour cette première vidéo, j’ai choisi un sujet que j’avais déjà abordé il y a quelques semaines sur le blog, et qui a semblé bien vous intéresser. Je vous explique simplement pourquoi les médecins et les végétariens ne se comprennent pas, en reprenant ce qui est enseigné aux étudiants en médecine. Vous allez voir, c’est sympa !

 

Si vous aimez cette vidéo, partagez-la ! 🙂

Et n’hésitez pas à me faire parvenir vos remarques et réactions éventuelles, je serai ravie d’échanger avec vous !

POURQUOI L’HOMME N’EST PAS UN CARNIVORE

Note : cet article fait la part belle au second degré et fait la fête aux arguments débiles entendus par les végéta*iens débutants ou accomplis à longueur de temps. Il risque d’en énerver quelques-uns, mais c’est fait exprès. Na !

petit-lion

« L’Homme mange de la viande depuis toujours, c’est essentiel à notre santé. Notre corps a BESOIN de protéines animales. Déjà au temps des cavernes, nos ancêtres partaient chasser le mammouth pour subvenir à leurs besoins…et puis les lions chassent bien les antilopes, non ? Et personne ne vient les faire chier avec la « souffrance animale »… De toute façon, les animaux sont là pour qu’on les mange; et puis si on stoppait l’élevage intensif, que deviendraient tous ces animaux ? Ils seraient malheureux, livrés à eux-mêmes…non franchement c’est mieux qu’on les mange, sinon on ne saurait pas quoi en faire. J’ai pas raison ? On leur rend presque service finalement 🙂 – soupir de soulagement…

Et puis tu sais, moi je consomme « raisonnable », de la viande qui ne provient pas de l’élevage intensif. Déjà, je mange au maximum bio…et puis c’est des bons produits, j’achète chez le boucher ou sur le marché. »

Vous avez dit combien ?

QU’EST-CE QU’UN CARNIVORE ?

Les carnivores sont des mammifères qui se nourrissent principalement de viande. On trouve parmi eux les lions, les chiens, les félins, les ours…Ils ont de nombreux points communs, dont le principal est l’anatomie de leurs dents.

TU AS VU MES GROSSES CANINES DE CARNIVORE ? GRRRR !!!!

Waouh, crocs, molaires pointues...ça c'est un carnivore !!
Waouh, crocs, molaires pointues…ça c’est un carnivore !!

Les carnivores ont des canines très allongées que l’on appelle les crocs, et qui servent principalement à attraper les proies.

Leurs molaires n’ont pas pour but de mâcher, mais de manger de la viande. Elles ne sont donc pas aplaties, comme celles des herbivores, mais sont très tranchantes. La première molaire notamment, appelée « la carnassière », sert à déchiqueter la viande et à croquer les os. Elle est caractéristique des carnivores qui en possèdent TOUS. Elle est donc très utile pour identifier qui est un carnivore et qui n’en est pas un.

Les carnivores, n’ayant pas de dents aplaties, sont incapables de mâcher et utilisent leurs molaires pour arracher des morceaux de viande qu’ils avalent directement.

Si, Si, j'te jure, celle-là, là...elle est pointue, touche !! Une vraie canine grrrrr !!!! J'te déchiquete une carcasse avec les dents quand tu veux !
Si, si, j’te jure, celle-là, là…elle est pointue, touche !! Une vraie canine grrrrr !!!! J’te déchiquete une carcasse avec les dents quand tu veux !

ET MES GRIFFES, TU LES AIMES MES GRIFFES ?

Les griffes sont un autre point commun aux carnivores. Elles peuvent être rétractables, comme chez le chat, ou non. Elles ont pour principale fonction de les aider à attraper leurs proies, mais aussi de creuser, de les aider à grimper aux arbres.

Les griffes humaines sont impressionnantes :

main
Griffes d’un spécimen mâle
Le femelles ont les griffes plus longues et plus acérées
Les femelles ont les griffes plus longues et plus acérées. Aïeuh !

L’HOMME EST UN BOUFFEUR DE GRAINES ET DE SALADE : OUI UN HERBIVORE !

Les études anatomiques comparant les carnivores aux omnivores et herbivores laissent peu de doute sur le sujet : l’Homme a une anatomie d’herbivore et n’est pas fait constitutionnellement pour consommer de la chair animale. Muscles masticateurs, dentition, griffes, constitution de l’estomac, processus de digestion, anatomie de l’intestin : nous ne sommes pas des carnivores.

Le Dr Milton Mills, docteur en Médecine, a rédigé un brillant article très détaillé sur le sujet, dont le résumé est consultable sur le site de l’Association Végétarienne de France. Le tableau suivant est tiré de cet article.

CARNIVORES HERBIVORES OMNIVORES HUMAINS
Muscles faciaux Peu développés pour permettre une large ouverture de la bouche Bien développés Peu développés Bien développés
Type de mâchoire Angle faible Angle important Angle faible Angle important
Position de l’articulation de la mâchoire Au même niveau que les molaires Au-dessus du niveau des molaires Au même niveau que les molaires Au-dessus du niveau des molaires
Mouvement de la mâchoire Tranchant ; mouvement latéral minime Pas de mouvement tranchant ; mâchoire mobile latéralement et d’avant en arrière Tranchant ; mouvement latéral minime Pas de mouvement tranchant ; mâchoire mobile latéralement et d’avant en arrière
Principaux muscles masticateurs Muscles temporaux Masséters et ptérygoïdiens Muscles temporaux Masséters et ptérygoïdiens
Ouverture de la bouche par rapport à la taille de la tête Grande Petite Grande Petite
Dents : incisives Courtes et pointues Larges, plates et en forme de pelle Courtes et pointues Larges, plates et en forme de pelle
Dents : canines Longues, tranchantes et incurvées Soit peu tranchantes et courtes (ou longues pour la défense), soit absentes Longues, tranchantes et incurvées Courtes et peu tranchantes
Dents : molaires Tranchantes, dentelées et en forme de lame Plates avec cuspides ou surface complexe Lames pointues et/ou plates Plates avec cuspides noueuses
Mastication Pas de mastication ; aliment avalé entièrement Longue mastication nécessaire Aliment avalé entièrement et/ou simple broyage Longue mastication nécessaire
Salive Pas d’enzymes digestives Enzymes permettant la digestion des carbohydrates Pas d’enzymes digestives Enzymes permettant la digestion des carbohydrates
Estomac Simple Simple ou plusieurs poches Simple Simple
Acidité de l’estomac pH inférieur ou égal à 1 lorsque l’estomac est rempli pH : de 4 à 5 lorsque l’estomac est rempli pH inférieur ou égal à 1 lorsque l’estomac est rempli pH : de 4 à 5 lorsque l’estomac est rempli
Capacité de l’estomac De 60 % à 70 % du volume total de l’appareil digestif Moins de 30 % du volume total de l’appareil digestif Entre 60 % et 70 % du volume total de l’appareil digestif Entre 21 % et 27 % du volume total de l’appareil digestif
Longueur de l’intestin grêle 3 à 6 fois la longueur du corps Entre 10 et plus de 12 fois la longueur du corps 4 à 6 fois la longueur du corps 10 à 11 fois la longueur du corps
Côlon Simple, court et lisse Long, complexe ; peut avoir un aspect boursouflé Simple, court et lisse Long, aspect boursouflé
Foie Peut détoxiquer la vitamine A Ne peut pas détoxiquer la vitamine A Peut détoxiquer la vitamine A Ne peut pas détoxiquer la vitamine A
Rein Urine extrêmement concentrée Urine modérément concentrée Urine extrêmement concentrée Urine modérément concentrée
Ongles Griffes acérées Ongles plats ou sabots émoussés Griffes acérées Ongles plats

LE PLAISIR TOUT PUISSANT ?

La consommation de viande en masse à l’échelle mondiale a des répercussions dramatiques, en terme de souffrance animale, d’écologie (pollution, émission de gaz à effet de serre, déforestation), de santé publique (cholestérol, maladies cardiovasculaires, cancer du colon)…

Pourquoi alors continuer d’adopter un régime alimentaire qui est contre nature et entraîne notre perte ? Parce qu’on a toujours fait comme ça ? Alors on continue sans se poser de question ? Parce qu’une entrecôte c’est bon ? Oui c’est bon : et alors ? Est-ce que tout ça en vaut la peine ?

Le fait qu’une chose nous procure du plaisir la rend-elle légitime pour autant ? Certaines personnes vont éprouver un grand plaisir à coucher avec leur soeur…est-ce que cela devient un acte recommandable pour autant ?

Chut, je crois qu'on parle de nous...!
Quel est le problème ? 😉

Bon ok, je pousse le bouchon un peu loin, mais je n’ai pas pu résister !

L’Homme n’est pas un carnivore. Et nous ne sommes plus au temps des cavernes : nous avons le choix. Le choix de continuer cette hérésie ou de changer les choses pour revenir à l’essentiel. Ne nous laissons pas aveugler par la pub, le marketing, la désinformation : il est tout à fait possible de vivre sans consommer de protéines d’origine animale, les rayons de nos supermarchés regorgent de possibilités !

Alors, on végète en faisant comme d’habitude ou on avance ? 😉

L’ANTISPÉCISME C’EST PAS POUR LES CHIENS !

Les nouvelles aventures d’Insolente Veggie sont enfin arrivées ! Ce nouvel opus est sorti chez tous les bons libraires depuis le 3 novembre 2016, et je vous avoue que je n’ai pas résisté à la tentation de me jeter dessus et de le dévorer en moins de temps qu’il ne faut pour dire « tofu ».

antispecisme-insolente-veggie

Insolente Veggie, c’est une blogueuse dont j’admire le travail et une végétalienne vraiment très très méchante.

Ce livre, c’est de la BD militante drôle et grinçante à la fois ! Beaucoup d’aspects du quotidien des végétariens et des veganes y sont décrits : les questions relou sur les carences alimentaires, l’horreur des abattoirs, les faux arguments carnistes, la prise de décision de changer son alimentation, le spécisme…

Si vous êtes déjà dans la démarche, cela va faire mûrir votre réflexion, et vous faire beaucoup rire ! Sinon, vous risquez de grincer des dents et de vous agacer par moments, mais sûrement parce que cela titillera d’un peu trop près vos paradoxes bien enfouis sous un tas de faux prétextes bidons – qui sont, bien entendu, démontés en pièces détachées page après page, mouarf !

pates-veganes
J’ai ri, mais j’ai ri ! Parce que c’est trop ça !

Ce que j’aime chez Insolente Veggie : sous une apparente simplicité, elle parvient à pousser les raisonnements carnistes dans leurs retranchements afin d’en démontrer l’évidente absurdité. Et elle est d’une efficacité redoutable !

Je ne vais pas vous en dévoiler plus, difficile avec un ouvrage basé sur le dessin…(Je ne veux pas vous spoiler toutes les chutes!)

Ce livre m’a beaucoup touchée, parce qu’il parle du chemin que j’emprunte depuis plusieurs mois, et que je n’ai pas fini d’arpenter ! Il me conforte dans ma prise de décision, que je sais être la bonne, et contribue à maintenir ma motivation en me montrant POURQUOI je le fais. Accessoirement, la mauvaise foi du personnage et ses imperfections la rendent plus humaine et ont tendance à déculpabiliser nos petits écarts qu’on se garde bien d’avouer 😉 Wouuuhouuuu merci pour la catharsis !!

En bref, un ouvrage que je vous conseille de lire à 100 % !!

Si cet article vous a donné envie de lire « L’antispécisme c’est pas pour les chiens! », partagez-le allègrement sur les réseaux sociaux ! 🙂

« Un cochon, ça joue pas au ballon, maman… »

cochon-qui-joue

Crédit Photo Alexas_Fotos

Aujourd’hui, j’ai envie de vous livrer un petit moment de ma vie de maman végétarienne, un épisode récent qui a été responsable d’un « déclic » chez ma fille de 3 ans et demi.

J’ai 2 filles, et mon aînée de 6 ans se sent engagée avec mon mari & moi dans notre démarche de végétarisme. Elle a compris pourquoi nous le faisons, et nous sentons qu’elle s’approprie ces valeurs qui nous sont chères. Je vous avais parlé d’elle il y a quelques mois dans l’article « Comment ma fille devient végétarienne ». Les choses sont moins évidentes depuis le début avec notre plus jeune fille, qui du haut de ses 3 ans est parfois frustrée de ne pas manger de jambon à la maison, de poulet frites ou encore de steak haché (heureusement les steaks végétaux existent, alleluia !!).

Mais récemment s’est passé un événement important pour elle. Elle était assise près de moi alors que je flânais sur Facebook, et m’a demandé à regarder une vidéo – elle adore les  vidéos d’animaux. Il s’agissait d’une petite vidéo très courte montrant un cochon dans un jardin, en train de jouer avec un gros ballon gonflable. Je suis désolée, j’ai fouillé le net pour la retrouver, sans succès…

Et là, ma petite louloute est restée bloquée :

  • « Mais maman, les cochons ça joue pas au ballon…!!!
  • Si ma puce, ça joue, ça sait même faire des puzzles.
  • … »

Elle m’a demandé à la visionner plusieurs fois, puis est passée à autre chose. Et, environ un quart d’heure plus tard, elle m’a appelée pour me dire « Moi ze veux plus manzer les animaux passque ça me fait triste… » Phrase qu’elle n’avait jamais prononcée auparavant, et qu’elle a reformulée depuis à plusieurs reprises. Moi qui pensais que, pour comprendre le végétarisme, mes enfants avaient besoin d’être à un âge où ils puissent conscientiser la notion de souffrance et de mort, je crois que j’étais un peu à côté ! Ce qui a éveillé ma pitchoune sur le sort réservé aux animaux est tout simplement l’empathie, ce sentiment qui fait que l’on comprend les émotions et les souffrances d’un autre individu.

Chez elle, ça résonne de cette façon : « s’il aime jouer au ballon comme moi, alors je ne veux pas le manger ». Haute comme 3 pommes, je crois que la notion d’être sensible commence à faire son chemin en elle…et je suis foutrement fière de ça !!

Et vous, mes apprentis végé, comment vous faites avec vos pitchounes ? Laissez-moi un commentaire pour me raconter vos petites histoires, j’en raffole 😉