Echouer pour mieux avancer – La force est en vous !

yoda

« Pour un végétarien épanoui devenir, cheminer tu dois…! »

Mais les chemins sont souvent semés d’embûches, et les petits moments d’échec – ou de rechute – en font partie.

LA RECHUTE DANS LE CYCLE DU CHANGEMENT

Qu’il soit question d’arrêter de fumer, de boire, de manger du Nutella ou de la viande, changer un comportement qui fait partie de nos habitudes est difficile et ne va pas de soi.

Certains auront un déclic et pourront tout changer du jour au lendemain, mais pour le « commun des mortels », la voie du changement suit un cycle que l’on appelle le cycle de Prochaska (non, ce n’est pas le nom d’une Vodka à la mode).

cycle-prochaska

J’ai étudié ce cercle à plusieurs reprises durant mes études et ma formation continue, dans le domaine des addictions, de l’aide au sevrage tabagique, mais aussi plus récemment dans une formation d’éducation thérapeutique, comme outil dans l’accompagnement au changement de comportement en santé.

Bon c’est sûr, vu comme ça, ce n’est surement pas très parlant pour vous. Je vais vous l’éclairer sous l’angle qui nous intéresse. Vous me suivez toujours ? 😉

Ce cycle suppose que les carnistes passent par une série d’étapes de motivation avant de devenir véritablement végétariens.
Les étapes de changement décrites par Prochaska (et DiClemente) sont les suivantes :

  • la pré-contemplation : le sujet mangeur de viande n’a aucune pensée ou intention concernant le fait de devenir végétarien.
  • la contemplation : il pense à arrêter de manger de la viande.
  • la détermination : prise de décision, il planifie l’arrêt de la viande. La personne peut rester longtemps à ce stade « Demain, j’arrête… » voire même revenir en arrière, arrêter de se poser des questions, et reprendre son comportement habituel. Dans ce cas, retour aux étapes précédentes. La personne peut également planifier réellement son souhait et passer  l’étape suivante, donc à l’action !

  • action : il est activement engagé dans le changement.

  • maintenance : il a fait des changements, mais doit demeurer vigilant car une rechute est possible. Le sujet sort définitivement du cycle lorsque le changement de comportement est acté et maintenu durablement dans le temps.

Les rechutes ne sont pas obligatoires, mais elles sont naturelles et font partie du processus. Aussi, pas besoin de vous flageller et de vous culpabiliser pendant des jours si vous faites un petit écart, ou si vous traversez des périodes plus difficiles pendant lesquelles vous avez envie de manger à nouveau de la viande et que vous franchissez le pas…Vous avez au moins le mérite d’être dans une démarche, une réflexion par rapport à l’alimentation,  que beaucoup n’ont pas.

Il est également évident que le plaisir risque d’être de courte durée, assailli par une jolie dissonance cognitive qui risque de vous mettre bien mal à l’aise.

COMMENT GÉRER UNE « RECHUTE » ?

Posez-vous. Essayez de comprendre pourquoi vous avez rechuté alors que vous étiez motivé (Peut-être avez-vous fait une erreur de débutant ?), et faites le point sur votre motivation.

Je vous conseille très fortement de prendre un papier, un crayon, et de réaliser votre balance décisionnelle : elle vous permettra d’identifier ce qui vous motive vraiment à devenir végétarien, mais aussi les points qui risquent à l’avenir de vous mettre en danger et de vous faire « rechuter ».  Une fois que vous aurez pris le temps de mettre ça par écrit (ce que très peu de gens font !), vous vous connaîtrez mieux et pourrez identifier à l’avenir les situations qui risquent de vous faire vaciller.

Et à mon sens, identifier un problème c’est en grande partie le résoudre !

Maintenant vous êtes armés pour arpenter le chemin du changement ! Partagez cet article avec  vos amis et conseillez-le aux végétariens en herbe, il pourra leur être d’une grande aide 😉

Published by

4 thoughts on “Echouer pour mieux avancer – La force est en vous !

  1. Exact ! Il est vrai que c’est dépendant de chacun, et il ne faut pas culpabiliser de revenir en arrière… On peut passer par exemple commencer par faire 1 jour sans viande dans la semaine, puis 2, 3… avant de devenir pesco végétarien, etc etc…

    Beaucoup de personnes ne se lancent jamais car elle veulent tout de suite tout arrêter alors que les étapes sont souvent nécessaires. Je pense que le plus important est d’être en accord avec ses principes, si l’on remange de la viande et que l’on culpabilise c’est que le corps et l’esprit n’ont pas encore « digérés » la transition 🙂

    1. Tout à fait d’accord avec toi !
      A chacun son tempo, et selon moi les changements les plus durables sont ceux qui ont été bien préparés 🙂

  2. Merci pour ce rappel, moi qui suis végétarienne sans difficulté (facile, ça remonte à mon enfance) ne peux m’arrêter de fumer !
    Et les chutes et rechutes, je connais bien !

    1. Eh oui ça fait partie du (long) chemin…Courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *