Devenir végétarien, comment inviter le changement dans votre vie ?

Prendre la décision de devenir végétarien est un choix de vie important, une nouvelle orientation que l’on donne à son existence. Que cette décision soit motivée par des questions éthiques, environnementales, ou encore une envie d’être en meilleure santé, il vous faudra tenir cette résolution dans le temps. 

mojito

Certains d’entre vous vont prendre une décision brutale, suite à la lecture d’un article, au visionnage d’un documentaire, d’une vidéo d’abattoir comme il en circule beaucoup en ce moment, via notamment l’association L214ou face à une campagne choc de PETA. Il se peut que vous fassiez partie de ces personnes qui décident de devenir végé, changent leur alimentation du jour au lendemain et ne font plus jamais d’écart. Dans ce cas chapeau ! Vous pouvez arrêter là la lecture de l’article et aller vous boire un mojito :p

Je ne fais malheureusement pas partie de cette catégorie de personnes (dommage pour le mojito…)! Si vous êtes comme moi, vous allez prendre le temps, laisser mûrir cette envie, ce désir de changer leurs habitudes alimentaires, et y aller progressivement. Au fil du temps, vous aurez à vous confronter à une motivation parfois fluctuante, des aller-retour entre des phases où vous vous tenez à vos souhaits initiaux, et d’autres moments plus « flottants » ou vous allez manger de la viande quand vous êtes invité ou vous faire un jambon-beurre sur la route des vacances 😉

Il est important pour vous de faire le point sur votre motivation.

Alors avant toute chose, voici 3 points importants à travailler pour être au clair avec vous-même et votre motivation personnelle.

Fixez-vous un objectif !

Définissez vous un objectif clair, réalisable, avec une échéance dans le temps.

Voici mon objectif personnel, que j’appelle mon défi végé : je me donne 6 mois pour devenir parfaitement végétarienne, sans écarts , sans viande cachée (présure dans les fromages, gélatine d’origine animale…). Je compte aussi découvrir et faire découvrir à ma famille les simili-carnés et de nouveaux aliments végétariens ou vegans. Tenir ce blog et vous parler de mes avancées, de mes découvertes, fat également partie prenante de ce défi. Enfin, je vais me documenter et chroniquer un livre par mois.

Parlez de votre objectif autour de vous

Informez vos amis, votre famille, votre conjoint de votre décision : après cela, difficile de revenir en arrière camouflé sous mille prétextes bidons ! Votre entourage sera également plus à même de comprendre votre démarche et de vous épauler dans les périodes plus délicates.

Accessoirement, cela pourra éviter des situations embarrassantes telles que  « Tiens, tu vas être contente, je t’ai préparé un gigot d’agneau ! ». Evitons de nous mettre en échec et de provoquer malgré nous des situations tentantes. Evitons également aux autres de se donner du mal à préparer un repas auquel nous n’allons pas toucher !

Réalisez votre balance décisionnelle.

Avant tout, qu’est-ce qu’une balance décisionnelle ? C’est un outil, qui va vous permettre d’explorer tout ce qui vous anime, et vous animera, concernant votre changement d’habitude alimentaire. Notez-la, gardez-la dans un endroit clé (livre de recettes végétariennes?) Vous pourrez vous y référer quand vous vous sentirez moins motivé, en cas de doute, pour vous souvenir précisément pourquoi vous avez fait ce choix de devenir végétarien. Autre point positif : vous serez plus clairvoyant concernant les points qui risquent de vous déstabiliser sur le moyen ou long terme.

balance décisionnelle

 

Voici ma balance décisionnelle concernant le fait de devenir végétarienne :

  • Avantages du changement
    • ne plus cautionner la souffrance et l’exploitation animale
    • être en meilleure santé
    • vivre en accord avec mes convictions et les assumer
    • découvrir une autre façon de consommer, de cuisiner, de vivre !
    • avoir le sentiment d’agir de façon responsable pour moi, ma famille, les animaux, la planète…vaste programme !
  • Inconvénients du statu quo
    • mauvaise conscience de consommer de la chair animale
    • impression de ne pas prendre soin de ma planète vu l’impact environnemental de l’élevage intensif
    • être à côté de mes pompes et de ce que je souhaite vraiment
  • Avantages du statu quo
    • rester dans ma « zone de confort », ne pas me poser de questions sans rien remettre en question
  • Inconvénients du changement
    • la découverte et le changement demande un minimum de temps et d’énergie ! Non, ça ne tombe pas du ciel… 😉
    • appréhension du côté « social » du végétarisme. Je crains les remarques stigmatisantes et non fondées des personnes qui ne comprendraient pas mon choix. Difficulté pour moi de refuser de manger de la viande quand je suis invitée et qu’on m’en propose.

Comme vous le voyez, les points en faveur du changement sont beaucoup plus nombreux, ce qui me conforte dans le fait que cette décision était bonne à prendre !

Le fait d’avoir identifié vos points forts, ce qui vous motive, mais aussi ce qui risque de vous déstabiliser dans le temps et vous faire renoncer à vos projets, vous permettra d’être plus clairvoyant. Face à une tentation un dimanche midi devant le poulet rôti familial, vous serez plus à même d’identifier pourquoi vous en avez envie, mais aussi pourquoi vous ne VOULEZ pas le manger. Prenez quelques secondes pour vous rappeler justement tout ce qui vous motive à ne plus manger de viande.

Maintenant que vous avez fait le point, il est temps de passer à l’action !!

Laissez moi un commentaire pour me dire ce qui vous motive dans ce choix de devenir VG, ce qui vous en empêche, ce qui vous aide au quotidien, ce qui est difficile à tenir…à vous 😉

Crédits photos ArtsyBee / Alexas_Fotos

 

Published by

3 thoughts on “Devenir végétarien, comment inviter le changement dans votre vie ?

  1. Je suis devenue vegetarienne il y a 2 ans et demi.
    J’avais pas encore eu l’effet L214 c’était stt une « non envie ». Plus envie de manger des animaux.
    je vis à la campagne et je croise vaches et moutons… ça me faisait vraiment ibzarre dans les assiettes, sans doute que ça me permettait mieux de faire « le lien » entre « la viande  » et  » l’animal ».

    Après l anaissance de mon fils, j’ai dit à mon fils « c’est terminé la viande je vais devneir végétarienne, je garderais le poisson pour les sorties  » (arrêter le poisson était plsu compliqué pour moi, par goût, et aussi parce que j’éprouve moins de compassion naturelle pour eux).
    Assez vite j’ai arrété aussi l’idée de manger du poisson, m’étant un peu renseigné sur l » pourquoi on ne mange pas de poisson… Ca m’a convaincue que, si c’est possible, il est encore pire pour la conditions animale et pour la planète de amnger du poisson que de la viande.
    J’ai ensuite arrété les bonbons et les trucs à gélatine.

    Puis les fromages à présure (même si je dis pas que quand je vais au restau y’en a pas dedans. Au magasin je regarde, dans un restau…)

    Là j’entre dans m troisième année de végétarisme, je pense assez bien maîtrisé mes nouvelles habitudes alimentaires. La première année a été assez dure pour ça. Le reste de la famille mangeant « comme avant » moi je me contentais de manger pareil sans la viande. résultat je me lassais vite, et je compensais pas des trucs sucrés, et j’étais lassée. donc j’ai bien étudié ce qu’on devait manger pour la santé, cherché des recettes etc.. et ça s’est bien amélioré… tellement que mon mari, ce fan de viande, en a conclu qu’en fait on mangeait pas si mal sans viande, donc que lui passiat à un régime majoritairement végétarien (parfois li mange de la viande, ou à l’extérieur) il a en revanche définitivemnet arrété le poisson après avoir vu Paul watson à la télé.

    Dans cette troisième année, mon objectif est de réduire la consommation de produtis animaux. j’ai déjà bien commencé. Je mange des oeufs que si je fais un gâteau, et le fromage que dans des palts particuliers (et encore un peu parfois sur les pâtes..)

    Aujourd’hui je ne me rends même plsu compte de ma « différence » si je peux dire, j’ai tellement intégré cette façon e manger, que je ne me dis plus jamais « qu’est ce que je pourrais mettre à la place? » je pense jsute « autrement », j’ai découvert de nouveaux produits et au final je trouve qu’il y apas mal de variétés… et je me demande aujourd’hui comment on peut trouver un régime végétarien « compliqué » alors qu’au final je trouve ça facile et délicieux (bon je reconnais que ça demande de plsu cuisiner.. je fais bcp plus de légumes etc… qu’avant, mais c’est aussi parce que je m’y connaissais moins en équilibre alimentaire).
    Comme qoui c’est tjs le premier pas qui coûte comme on dit, une fois l’adaptation faîte on se rend compte que c’était loin d’être aussi compliqué que l’on pensait (j’ai quand même mis 32 ans avant de devenir végétarienne en me trouvant toutes les excuses du monde, alors qu ela cause animale m’a tjs touchée.. j’étais pas prête à sauter le pas en fait)

  2. (Re) coucou!!

    Alors moi ce qui me motive pour devenir végétarienne c’est avant tout,
    pour l’impact écologique! Quand j’ai appris que, consommer de la viande coûtait aussi cher en eau, en gaz à effet de serre etc..le choc pour moi qui suis écolo au maximum ! quand le fait d’eteindre une lumière en sortant d’une pièce, trier ses dechets, mettre son lave linge en mode éco, eviter les bains et y preferer les douches ne valaient quasi rien si je continuais à manger des produits animaux ça a été un choc!

    Puis bien sur, ma santé: Je suis issue d’une famille d’obese, certains sont passé au travers, et moi pas de bol, bim j’y ai eu droit! je suis monté jusqu’à 125 kilos sans être la grosse bouffe de base qu’on voit dans les emissions « tellement vrai » et avec un cholesterol toujours limite , donc là! c’est bon, je vais tenter de voir en limitant en max les apports animaux ce que ça donne (même si pour mes kilos je n’espère plus devenir mince le deuil a été fait depuis longtemps je serai une vegetarienne XXL!)

    J’ai aussi compris que l’Homme est omnivore, certes, peut manger de la viande mais ne DOIT pas forcement en manger si il a moyen d’avoir d’autres apports protéinés…qu’à la base nous sommes fait pour nous nourrir de végétaux et que les muscles n’ont pas besoin d’autres muscles pour se former (ceux de la vache se forment bien à partir d’herbe!!)
    Donc autant être logique avec ce qu’on est et manger comme on le doit: Végétal!

    Bien sur la cause animale me touche, j’ai toujours eu du mal qu’on fasse du mal gratuitement à un animal, j’ai toujours beaucoup aimé les animaux, je ne suis pas insensible à leur sort dans les élevage et les abattoirs 🙁
    Et surtout j’ai réalisé qu’on nous MENT: à la TV on voit des vaches dans des prés, brouter de l’herbe dans la campagne normande pour fabriquer une celebre creme bridétruc….des poules joyeuses et heureuses, dans des poulaillers avec paille et tout le toutim comme chez mamie! etc…mais c’est impossible!!! on en mange tellement, l’elevage ne peut pas être comme ça il est INTENSIF et maltraitant pour les animaux et pour nous

    Car ça nous fait avaler des produits de bien basses qualités (plein de gras de flotte et d’hormones et autre antibio)

    si en devenant VG je peux en plus me rebeller contre un systeme economique qui nous ment, nous manipule, nous tue à petit feu pour s’enrichir sur notre dos..et bien c’est toujours ça de pris!

    Bien sur..je suis gourmande…j’arrive à me passer de mes plats preferés pendant trèèèèèès longtemps (le fait d’être obese et d’avoir été quasi toujours au régime dans ma vie ,aura eu cet avantage chez moi) mais le faire à vie est encore dur pour moi, faire ce deuil du « plus jamais » psychologiquement c’est compliqué…donc je me suis promis de craquer uniquement sur ce qui me fera trop trop trop trop trop trop trop envie et sur les produits de qualité en prime!

    au pire, je ne me stresse pas, tant pis si je reste flexitarienne, si 1 fois par mois(même moins! c’est possible!) je mange un produit animal par gourmandise, faiblesse ou égoïsme…
    Peut être qu’un jour je pourrai me dire « plus jamais de raclette je m’en fiche, plus jamais de morteau, je n’aime plus tant que ça finalement… »
    Et puis ça concerne très peu de produits au final donc je peux rester confiante… Bisous!

    1. Waouh ! Je suis tout à fait d’accord avec toi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *