Déforestation et élevage industriel : manger moins de viande pour une planète plus verte

Cet article est une contribution au carnaval d’articles « En pleine conscience ». Ses membres publient une fois par mois un article sur un thème commun. Ce mois-ci, le thème est « Le pouvoir du vert » , proposé par Edith du blog Tour In Garden , DONT L’ARTICLE S’INTITULE « Les jardins et le bien-être ». ICI, NOUS ALLONS PARLER DE NOTRE JOLIE PLANETE…ET DES RAVAGES QUI SONT CAUSES A SES FORÊTS PAR L’ELEVAGE INDUSTRIEL.

 

amazonie_deforestation

Nous avons tous en tête des images de la forêt amazonienne en train de se faire massacrer, d’arbres centenaires abattus en quelques secondes, encore et encore, sur des millions d’hectares chaque année.

La déforestation est un fléau de plus en plus lourd à porter pour notre planète, dans un contexte grandissant de réchauffement climatique, de pollution et d’épuisement des ressources.

Savez-vous que la principale cause de déforestation n’est pas l’exploitation du bois, mais est liée à l’élevage industriel ? Que ce soit pour faire paître du bétail ou le nourrir (plantations de soja principalement au Brésil), le constat est alarmant : 70% de la forêt amazonienne qui a été détruite l’a été pour produire de la viande !

Avec les conséquences que nous connaissons : écosystèmes anéantis, appauvrissement et érosion des sols, pollution tellurique et aquatique principalement par les tombereaux de déjections animales déversées en pleine nature. La liste est longue et malheureusement non exhaustive.

 

LA DEFORESTATION EN QUELQUES CHIFFRES

Juste pour vous planter le décor :

    • 20 millions d’hectares de forêt sont rasés chaque année dont 14 pour l’élevage animal
    • L’équivalent de 7 terrains de football par minute sont détruits pour faire paître les animaux d’élevage
    • L’élevage intensif est responsable de 9% des émissions de CO2 à l’échelle planétaire, principalement à cause de la déforestation.
    • Le secteur de l’élevage industriel est le principal émetteur de gaz à effet de serre devant les transports !
    • 24 heures de déforestation libèrent autant de CO2 dans l’atmosphère que 8 millions de personnes prenant l’avion « Londres – New York ».

 

LE ROLE DE LA FRANCE

La France est le 3ème importateur mondial de soja brésilien, principalement pour nourrir le bétail par les tourteaux de soja, qui est l’un des principaux aliments destiné aux animaux d’élevage depuis la crise de la vache folle. Elle utilise 22% des exportations de soja du Brésil (je vous laisse imaginer le nombre de terrains de foot), dont 90% sont destinés à nourrir les animaux d’élevage.

En 2010, ce sont 4,6 millions de tonnes de soja qui ont été importées en France.

Heureusement, on constate en France et en Europe une discrète mais persistante baisse de la consommation de viande depuis 1998. Elle est passée de 94kg à 86 kg par habitant et par an. Cela reste tout de même 2 fois plus en quantité que ce que mangeaient nos grand-parents. On remarque aussi que les consommateurs achètent de moins en moins de viande « brute », plus longue à cuisiner, au profit des plats cuisinés et de la charcuterie, ce qui n’est pas une bonne idée sur le plan nutritionnel et sanitaire. N’oublions pas que l’OMS a classé les viandes transformées (hot-dog, saucisses, jambon, charcuterie…) comme cancérogènes pour l’homme en ce qui concerne le cancer colorectal.

En revanche, sur le plan mondial – Chine et Inde principalement – la consommation de viande explose, entretenant cette logique de déforestation frénétique.

COMMENT AGIR POUR LA PLANETE ?

Je pense que vous avez compris qu’adopter un régime végétarien – ou végétalien, car l’industrie des oeufs et du lait est aussi concernée – peut contribuer à préserver la planète en limitant la déforestation.

Mais, si vous n’avez pas envie de changer drastiquement vos habitudes, une simple diminution de la consommation de viande à grande échelle aurait des impacts écologiques énormes. Quand on sait que 3 millions d’animaux sont abattus chaque jour en France, imaginez l’impact gigantesque qu’aurait 1 journée sans viande par semaine !

Alors, vous sentez-vous prêts à faire bouger les choses ?

Si vous avez aimé cet article, partagez-le ! C’est en diffusant au maximum ces informations qu’un véritable changement pourra se mettre en place dans nos vies, et dans celles des générations à venir. Pour une planète plus verte réduisons notre consommation de viande !

foret amazonienne bresil

Crédit photoGuillaume Pelinski

Sources :

  1. Vegplanete
  2. WWF : « Viande, un arrière-goût de déforestation »
  3. Association Végétarienne de France : article « Déforestation »
  4. Le Monde « Les français ont de moins en moins d’appétit pour la viande »

Published by

One thought on “Déforestation et élevage industriel : manger moins de viande pour une planète plus verte

  1. Voilà pourquoi je défend aussi le Flexitarisme

    L’idéal serait qu’on tous Vegan, oui…au minimum vegetarien
    Mais combien de gens se disent incapables de ne plus manger de viande, et n’y pensent même pas une seconde ou si ils le font, oublient très très vite en mode « ça va pas non!!? t’es fou toi!! tu rigoles pas un peu là!! »

    Alors que le flexitarisme, un mix de jours ou repas VG et jours ou repas Carnés, plus ou moins selon la gourmandise de la personne et son addiction à la bidoche, ça serait déjà énorme!

    Comme je le dit, et redit malgré les gros yeux des Vegans qui m’assassineraient bien volontiers:
    un monde avec 50% de flexis, 30% de vegetariens et 20% de vegans
    serait bien mieux que ce qu’on se trimbale actuellement: une enorme majorité d’omnivore mangeant de la viande à chaque repas pour une petite proportion de VG tous confondus!

    ça serait tellement énorme déjà!

    L’europe et les states feraient déjà ça la pollution serait grandement améliorée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *