pourquoi

Pourquoi je ne suis pas devenue vegan ?

Je reviens vous parler un peu de moi après une (trop) longue absence sur ce blog. Plus de 6 mois que je n’ai pas posté d’articles, mais la bonne nouvelle est que j’ai de nouveau le clavier qui me démange – ainsi que du temps !- donc vous devriez à nouveau entendre parler de moi dans les semaines qui viennent.

Pourquoi cette absence ? Eh bien, parce que grand changement et renouveau dans ma vie. Quand j’ai décidé il y a un an et demi de reprendre le chemin du végétarisme, cette envie faisait suite à une longue réflexion de ma part. Le point de départ était le suivant : de quoi ai-je envie dans ma vie ? Qu’est-ce que j’ai envie de cautionner, de refuser…et j’avais aussi très envie de faire un point sur mes valeurs, sur ce qui était important pour moi, et d’agir en conséquence.

Tu trouves que l’abattage en masse est une honte pour l’humanité ? Eh bien, arrête de manger de la viande. Tu trouves que l’huile de palme est un scandale et un désastre écologique ? Eh bien, boycotte la !

Je crois que vous avez saisi l’idée 😉

Mon blog est né de cette réflexion, et m’a également poussée à aller plus loin en me documentant le plus possible sur le sujet, avec le souhait de sensibiliser les personnes qui se questionnent sur le végétarisme. J’avais également émis le désir de végétaliser totalement mon alimentation, et de bannir de ma vie tous les produits d’origine animale.

Quasiment 1 an après, je ne suis pas vegan. Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? La motivation et l’envie sont là, alors  » what the f*ck ??!! » 

Ce qu’il s’est passé, c’est que j’ai appliqué cette remise en question à tous les domaines de ma vie : l’alimentation bien sûr, mais aussi le mode de vie, la vie personnelle, familiale et professionnelle…et je me suis retrouvée dans des états vraiment déplorables, à constater que la vie que je m’étais construite ne correspondait pas / ou plus à ce qui m’anime aujourd’hui. J’ai donc pris la difficile décision de quitter mon emploi de médecin salarié pour prendre du recul par rapport à la médecine. Je ne sais pas encore de quoi demain sera fait (blouse, médicaments ou autre chose) mais je vais continuer d’alimenter régulièrement ce blog et de me documenter activement sur le végétarisme et le veganisme. Je ne vais pas détailler tous les tenants et aboutissants de cette décision ici, mais cet énorme chamboulement dans ma vie m’a pris beaucoup de temps, d’énergie et d’espace cérébral…espace que je n’ai pas pu consacrer à l’exclusion des produits laitiers et des oeufs de mon alimentation.

 

Je ne suis pas vegan aujourd’hui : comme je vous l’avais expliqué dans un précédent article sur le changement de comportement, tout changement nécessite du temps et un cheminement. Et, quoi qu’on puisse lire sur certains groupes vegan présents sur les réseaux sociaux, changer du jour au lendemain est un acte difficile : je ne dis pas impossible, mais pour moi cela implique d’avoir l’espace nécessaire. Changer radicalement en vivant seul peinard et en ayant tout le temps de penser les choses, ou en étant mère de famille avec la maison, les enfants et le travail à gérer, ce n’est pas la même chose. Bref, je ne me cherche pas d’excuses, je me dis juste qu’on ne peut pas être sur tous les fronts en même temps !

A présent que j’ai à nouveau du temps pour moi, et nettement moins de stress à gérer, je vais pouvoir me consacrer tranquillement à cette transition vers le veganisme qui me tient vraiment à coeur…et passer de la détermination à l’action ! 

A ce propos, (pour les courageux qui ont réussi à lire jusqu’ici ! 😉 ), certains d’entre vous ont-ils entamé des transitions vers un régime totalement végétalien en famille ? Si c’est le cas, j’aimerais vraiment que vous puissiez me raconter votre histoire alors écrivez-moi via mon formulaire de contact sur la page A propos du blog. 😉

A très vite !

vache-enfant

6 mois de Défi Végétarien : Le Bilan !

Il y a 6 mois de cela, je créais ce blog en me lançant le défi de devenir complètement végétarienne. Même si j’avais déjà eu une période végétarienne dans le passé, cette fois c’est animée d’un désir et d’une motivation nouvelle que j’ai abordé les choses.

Je m’étais fixé 6 mois pour changer ma façon de m’alimenter, donc c’est le moment de faire le point ! Reprenons ce que je m’étais fixé :

1. Ne plus acheter ou cuisiner DU TOUT de viande, poisson ou chair animale quelle qu’elle soit.

 ➡️ Oui, ça c’est fait, testé, approuvé, no problemo ! Cette habitude est ancrée dans mon quotidien et celui de ma famille. Même les filles ont compris qu’à la maison, on ne mange pas les animaux. Même si, du fait de leur âge, les paroles et les gestes ne sont pas toujours en accord, elles se sont approprié cela et en viennent même à le revendiquer, pour ma plus grande fierté !

fruits-baies-vegan

2. Dans un second temps, ne plus en manger non plus en dehors de chez moi (resto, amis, boulot…)

➡️ Cette tâche s’est avérée bien plus difficile que je ne le pensais : pour le restaurant, pas de problème, j’y mange désormais végétarien sans problème. Pour les apéros entre amis, je vous avoue, je bave toujours devant les tranches de saucisson sec qui se retrouvent posées devant moi…mais le grand progrès est que je n’y touche plus (ce qui me demande juste un effort surhumain et entraîne une vengeance compulsive sur les chips ^^) !

Yes, I can !
Yes, I can !


Pour le boulot, c’est un peu plus compliqué; comme il n’y a pas de possibilité d’y manger végétarien, je n’y mange plus. En revanche cela pourrait être mieux, car je prends rarement le temps de me cuisiner un repas à emporter à l’avance…ça se résume donc régulièrement à un sandwich maison fait en 2 min le matin alors que j’ai déjà mon manteau sur le dos, avec un laitage et un fruit…je crois que c’est une piste à améliorer pour les prochains mois, parce que là franchement ce n’est pas du tout l’éclate !

3. découvrir un peu mieux les protéines végétales (tofu, tofu soyeux, seitan et encore plein de choses que je ne connais absolument pas!)

➡️ J’ai fait pas mal de découvertes très sympa ces derniers mois, notamment le tofu fumé, et les tofus aromatisés, tofu soyeux…et ceux-ci trouvent peu à peu leur place dans notre assiette? Néanmoins je n’ai pas encore fait le tour complet de la question, je ne me suis pas encore aventurée du côté du tempeh par exemple…à suivre 😉

4. réussir à faire abandonner la passion du « zambon » à ma petite de 3 ans, pourquoi pas en allant vers les « viandes végétales ». 

➡️ Les viandes végétales, oui ! L’envie grandissante d’arrêter de manger les animaux : oui ! Mais pour l’instant tout ça ne fait pas le poids face à une tranche de jambon. Mais on avance, c’est le principal ! Au moins elle ne demande plus à en acheter quand on fait les courses 😉

cochon-nage-vegetarien

5. STOP aux autres produits provenant d’animaux morts, notamment présure et gélatine. 

➡️ Pffff…en fait trop facile…! Et j’ai fait récemment mes adieux larmoyants à mon dernier morceau de mimolette. Motivée ! Je crois que lorsque l’on sait pourquoi on fait les choses, les obstacles fondent comme neige au soleil !

6. Lire et chroniquer un livre par mois sur la cause animale, le végétarisme ou le veganisme. 

➡️ Euh…oui bon là, j’avoue j’ai été un tout petit peu trop optimiste…3 chroniques de livres en 6 mois, dont un livre pour enfants et une BD…Sur cet objectif là on peut dire que je me suis gaufrée ! (Oui, un végétarien ne se viande pas, il se gaufre, haha !)

 J’avais sous-estimé mon temps libre pour lire, entre le travail, les moment passés à écrire pour le blog et ma vie de famille. En clair : pour le moment je n’ai juste pas le temps de lire !! En revanche, j’ai toujours à coeur de lire des ouvrages traitant du végétarisme. En ce moment, je lis « Plaidoyer pour les animaux » de Matthieu Ricard et je vous en parlerai avec plaisir quand je l’aurai terminé (repassez dans 6 mois, pas avant !)

livres

7. Découvrir, apprivoiser et vous présenter un aliment « vegé » par mois.

➡️ Pour la découverte sur le plan personnel, je pense que oui. Seulement, je n’ai pas tenu mon engagement de présenter toutes mes découvertes… Je me rends compte que je vous ai surtout parlé du tofu sous toutes ses formes ! Cependant, en fouillant, je vois que je vous ai parlé des graines germées, des laits végétaux, du fonio, d’une recette de crêpes vegan (vous retrouverez ces articles sans peine dans la catégorie « Manger végétarien ») et de quelques recettes sympa…

Finalement, ce n’est pas optimal mais pas si mal 😉 Auriez – vous aimé que je vous présente d’autres produits végétariens ou vegans ?

MON NOUVEAU DÉFI POUR LES 6 MOIS À VENIR

Grâce à la création de ce blog, qui me pousse à me documenter et à m’investir chaque jour, je suis plus que jamais motivée à poursuivre cette démarche et à continuer d’en parler. Ce défi est l’occasion d’un énorme changement dans ma vie. Le point de départ est le suivant : j’ai envie de vivre selon mes convictions profondes. De ce fait, je ne consomme plus ce que je ne cautionne pas. Cela concerne l’exploitation animale, mais entraîne un changement perceptible dans ma façon de consommer : je boycotte l’huile de palme, je n’achète plus que du bio, et ai envie de consommer « moins mais plus intelligent », même en ce qui concerne l’habillement, le logement…

Bref, toute ma vie se trouve chamboulée par ce choix et ces envies. C’est perturbant mais ça fait du bien de se sentir vivant, de se raccorder à l’essentiel, de sortir des schémas et des chemins qu’on essaie de nous faire emprunter à longueur de temps, à longueur de vie…

arbre-chemin-defi

Le végétarisme est important, et déjà une grande avancée, cependant quand je vois les souffrances endurées dans les élevages laitiers et de poules pondeuses (entre autres), je me dis que je ne veux plus de ça dans ma vie non plus. Pas de souffrance ou de mort dans mon assiette, mon dressing ou mon mug !

Bref, voici mon défi pour les mois à venir : devenir vegane, c’est-à-dire adopter une alimentation sans aucun produit d’origine animale, mais également supprimer tout produit résultant de l’exploitation animale (cuir, laine angora, miel…)

Vous me suivez dans l’aventure ? Laissez-moi vos réactions en commentaire et je me ferai un plaisir de vous répondre 😉

Défi végétarien : 5 mois et des choses en moins dans les placards !

Mon défi de 6 mois pour devenir une végétarienne émérite touche bientôt à sa fin !

Le mois dernier, je vous parlais de la présence de présure et de gélatine dans les aliments, que j’allais essayer d’éliminer progressivement de mon alimentation.

LE BILAN ?

L’EVICTION DE LA GÉLATINE

bonbon-gelatine

Crédit photo pixelia

Concernant la gélatine, je savais déjà de quoi elle était faite (brrr…) depuis longtemps, donc je devais, sans trop y prêter attention, ne pas acheter de produits en contenant. La seule chose « gélatineuse » que j’ai trouvé dans mes placards est une fin de paquet de bonbons de l’anniversaire d’une de mes filles au mois d’août. Il faudra surtout que je sois vigilante, avec l’arrivée des beaux jours avec les éventuelles crèmes glacées que nous serions tentés d’acheter, car certaines en contiennent.

En revanche, je vous avoue qu’on a mangé des glaces artisanales en balade et je n’ai pas pensé à demander si elles contenaient de la gélatine…J’ai sûrement eu peur inconsciemment de voir me passer sous le nez la délicieuse boule poire-chocolat ! Bouh…! A l’avenir je poserai la question au glacier tout de même…

L’EVICTION DE LA PRéSURE

fromage-presure

Crédit photo Jeremy Couture

Concernant la présure d’origine animale…Alors qu’avant je ne regardais pas les étiquettes des fromages que j’achète, j’ai commencé à les lire scrupuleusement, et c’est difficile de s’y retrouver quand on n’est pas habitué à ce décryptage !

Bon, quand il est écrit « présure », c’est trop fastoche, je n’achète pas – ou je ne mange pas le Comté que mon mari a acheté, ça je vous avoue que c’est plus difficile mais j’ai tenu bon !

En revanche, j’ai été désarçonnée par les nombreuses formulations que l’on peut trouver sur les étiquettes : « coagulant », par exemple, c’est ok ou pas ? Je vais donc vous faire part de mes petites découvertes pour vous éviter de vous prendre la tête dans le rayon fromage 😉

A ÉVITER AUTORISÉ
Présure Coagulant
Enzyme coagulante (peut être d’origine animale) Enzyme microbienne
Enzyme fongique

La super nouvelle du mois a été que j’ai trouvé pas mal de fromages à raclette sans présure et qu’on a pu se faire un repas bien gourmand avec plein de crudités ! Par contre la déception ultime concerne le parmesan…pour l’instant je n’en ai pas trouvé sans présure donc je suis triste triste triste 😉

ET APRÈS ?

Après ? Et bien, on se retrouve dans un mois pour la conclusion de mon défi. Je ferai le point sur le positif, le négatif…et sur les nouveaux challenges que je me fixerai pour les mois à venir 😉

D’ici là, gardez la pêche ! De mon côté la motivation est au taquet !

4 mois de défi végétarien : la chasse à la présure et à la gélatine est ouverte !

Déjà 4 mois que je me suis lancé ce défi de devenir une végétarienne accomplie en 6 mois !

D’abord très motivée, il y a eu quelques moments de tentation, ou de « solitude » face à des repas absolument pas végétariens où nous étions conviés. La motivation reste présente, même si je vous avoue que je suis parfois tentée quand je passe dans le rayon charcuterie…mais le gros point positif est que je ne craque plus, même à l’apéro chez les voisins devant des tranches de saucisson sec (j’adorais ça!)        YES I CAN !

Dans ces moments de tentation, je me reconnecte aux raisons profondes qui font que j’ai décidé d’adopter cette alimentation, et je me ressaisis assez rapidement.

Le point crucial qui reste à améliorer est le suivant : arrêter de consommer les produits contenant des substances provenant d’animaux morts, notamment la gélatine et la présure. Stop à la procrastination et place à l’action !

LA GÉLATINE

bonbon-gelatine

Crédit photo Alexas_Fotos

DÉFINITION

La gélatine est utilisée comme épaississant alimentaire. Elle est très souvent produite à partir de porc, mais parfois de bétail ou de poisson. On l’obtient par la mise en ébullition prolongée de tissus animaux, principalement la peau et les os. Pour certains pays hors UE, elle n’est pas considérée comme un ingrédient mais comme un additif et peut s’appeler aussi E441.

Si vous avez raté cette vidéo qui a pas mal circulé sur les réseaux sociaux, je vous invite à la regarder. Elle est brillante ! Vous verrez bien ce qui se cache derrière vos bonbons préférés 😉

OÙ TROUVE-T-ON LA GÉLATINE ?

Malheureusement, un peu partout !

Dans les bonbons et confiseries bien évidemment, mais aussi les crèmes glacées, confitures, yaourts, gâteaux, margarine…Elle est aussi utilisée largement dans les produits allégés, pour créer une texture agréable et simuler une sensation de gras en bouche, sans apport calorique supplémentaire. Attention donc si vous êtes au régime et que vous achetez larga manu des produits allégés !

On peut aussi la trouver dans certains produits cosmétiques comme les shampooings…sur des pellicules photo. Elle sert d’agent collant sur les têtes d’allumettes ou le papier de verre, d’agent durcissant sur des cartes à jouer ou du papier d’impression photo. Elle est aussi utilisée dans le domaine médical pour la fabrication des gélules. Etc, etc, etc.

Bref, la gélatine est partout ! S’il va être difficile de l’évincer totalement dans les produits quotidiens tant son utilisation est large, on peut au moins se fier aux étiquettes des produits alimentaires – ou cosmétiques – pour la déceler.

LA PRÉSURE D’ORIGINE ANIMALE

lait_presure

Crédit photo Didgeman

DÉFINITION 

La présure est un coagulant nécessaire à la fabrication du fromage. Quand elle est d’origine animale, elle est extraite du 4ème estomac des jeunes ruminants abattus avant leur sevrage : veaux, mais aussi chevreaux et agneaux…

Quand le lait est mélangé à la présure, les protéines du lait coagulent et, devenant plus lourdes, tombent au fond du récipient pour former le caillé. C’est ce caillé qui sert à la fabrication des fromages. La partie liquide qui surnage, appelée lactosérum ou « petit lait », est utilisée également pour l’alimentation animale, la fabrication des fromages frais, des laits infantiles, des produits diététiques, glaces, sauces et en boulangerie-viennoiserie-pâtisserie…Une fois de plus, la liste est longue !

OÙ TROUVE-T-ON LA PRÉSURE ?

Premier point important : dans tous les fromages AOP (Appellation Origine Contrôlée) ou Label Rouge car l’utilisation de présure animale y est obligatoire.

Bien qu’il existe aussi de la présure d’origine microbienne, partez sur le principe suivant : s’il est écrit sur l’étiquette d’un fromage qu’il contient de la présure, il s’agit de présure animale. Bonne nouvelle pour moi, la féta Salakis est élaborée à partir de présure microbienne, ainsi que le comté Président. Mais je vous conseille surtout de scruter les étiquettes lorsque vous faites vos courses, voire de contacter le service consommateur concerné si vous avez un doute.

Allez consulter le site de l’Association Végétarienne de France qui a réalisé une liste (non exhaustive) des fromages avec ou sans présure.

ET MAINTENANT, ON FAIT QUOI ?

Eh bien maintenant, je vais aller scruter mon frigo et mes placards pour voir ce que je supprime et ce que je garde. Je vous propose de vous faire un bilan dans un mois :

  • les aliments que j’ai supprimés
  • par quoi je les ai remplacés
  • est-ce que j’ai trouvé de la gélatine dans ma salle de bains ?
  • est-ce qu’on survit ou pas ? 😉

Sur ce, je vous souhaite une belle semaine et vais aller annoncer à mon chéri que désormais je n’achète plus de faisselle…hum…

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis !!! 🙂

 

 

Recherches utilisées pour trouver cet articlefromage sans présure animale 2016,liste fromage sans presure animale,liste fromage végétalien sans presure,vegetarien et presure animale

Défi végétarien : 3 mois, des hauts, des bas…!

Déjà 3 mois que j’ai créé ce blog et que je me suis engagée dans mon « défi végétarien ». Alors que le mois dernier, je vous parlais de ma nouvelle vie végé et de tout le positif que cela m’apporte, ce mois-ci s’est avéré plus nuancé.

defi vegetarien hauts bas

Crédit photo  bella67

LA VIANDE S’EST IMPOSÉE CHEZ NOUS SANS INVITATION.

C’est l’été, et nous avons vu beaucoup de monde. A l’extérieur, j’ai réussi à garder ma ligne de conduite, en mangeant végétarien au restaurant, et aussi grâce à mes amis qui ont su, en m’invitant, tenir compte de mes choix alimentaires. Je leur en suis plus que reconnaissante !

En revanche, pas de chance quand c’est ma famille qui nous a rendu visite ! Ma mère apportait un apéritif dinatoire. Alors qu’elle sait que nous sommes végétariens, j’ai été bien surprise de découvrir paté, rosette, jambon de pays, tapas au poulet sur notre table…Il y avait quelques petites choses sans viande, mais tout de même…! Je suis restée estomaquée ! Après analyse de la chose – parce que oui, je me suis quand même pris la tête à y réfléchir – je pense que ce n’était pas un affront envers nous, mais plutôt une façon de rassurer ma grand-mère qui était présente également, et qui semble perdue dès qu’il n’y a pas de viande sur la table. D’autant plus que ma mère, chez elle, ne mange quasiment plus de viande !

Cela n’a pas empêché que je me sente agressée et pas respectée dans mes choix de vie. Surtout quand les repas des jours suivants étaient ponctués de « finis ton jambon » à l’égard de mes filles, alors que j’aurais surtout aimé qu’elles commencent à manger leurs courgettes !! Conflit culinaire de génération !!

Et je suis doublement en colère, car la charcuterie était mon pêché mignon…et que j’ai eu du mal, lors de ce fameux apéritif, à résister. J’ai fini par en manger et ça m’a foutue en rogne !

Premièrement, parce que cela m’écartait d’un choix vraiment important pour moi.

Deuxièmement, parce que je n’ai pas osé aller au conflit.

Troisièmement, parce que dans ce contexte convivial et familial je suis « rentrée dans le moule » pour ne pas vexer.

Argh !!

Le point positif de cette mésaventure : on ne m’y reprendra pas ! A l’avenir, je m’assurerai que mes convives n’apportent pas de viande. Ou s’ils le souhaitent, je leur préciserai qu’ils l’amènent pour eux mais que nous n’en mangerons pas. Hors de question que je me fasse piéger de nouveau !

Je suis assez mécontente de moi, mais bon…C’est en faisant des erreurs qu’on progresse, n’est-ce pas ? Alors attendez-vous à un 4ème mois de défi qui déchire !!! Non mais :p

Et vous, qu’auriez-vous fait dans une telle situation ? Racontez-moi !

2 mois de végétarisme ou comment démarrer une nouvelle vie ?

Aujourd’hui mon blog a 2 mois !

Une chouette aventure pour moi, qui se concrétise de plus en plus chaque jour. Mettre en route ce blog a permis d’instaurer une formidable dynamique dans ma vie personnelle et familiale !

Je m’explique :

  • Cela impulse une réelle motivation dans notre vie ! Nous avons à présent adopté une alimentation végétarienne, sans aucune chair animale dans notre assiette, et même au restaurant. En vacances, nous avons pu manger végétarien sans problème, même dans des restaurants non spécialisés, et nous nous sommes juste éclatés ! Et quelle fierté de réussir à tenir ses engagements 🙂
    • j’ai ainsi pu tester des sushis végétariens, qui étaient juste à tomber par terre.
    • dans un resto italien : une pizza végétarienne avec de fines lamelles de légumes grillés, ultra savoureuse pour monsieur, et une salade de tomates séchées, roquette, basilic, parmesan, olives etc pour moi.
    • Hier un petit brunch dans les rues nantaises, avec une assiette plus que gourmande : salade de quinoa, tartines de chèvre et tomates séchées, salade de crudités, cake maison…

defi vegetarien

  • Je me rends compte que changer nos habitudes alimentaires nous pousse à cultiver un peu plus notre imagination et à chercher « ailleurs ». Nous avons ainsi découvert de nouveaux aliments, tels que le tofu soyeux, les graines de chia, des laits végétaux que nous n’avions pas l’habitude d’utiliser (petit épeautre, noisette…)
  • Mes lectures, ainsi que l’élargissement de l’éventail de nos aliments, nous conduisent ainsi tout naturellement à réduire nos produits laitiers et à nous orienter de plus en plus vers une alimentation végétale. Car, ne nous voilons pas la face, l’industrie laitière n’est pas vraiment reluisante… Je sais bien que cela prend du temps, car nous adorons les fromages et ce sera une transition un peu difficile à aborder en douceur 😉 mais rien n’est impossible !
  • Et surtout, commencer à réfléchir sur notre alimentation entraîne des changements autrement plus importants dans notre vie. Manger « en conscience », en sachant pourquoi on mange cet aliment, d’où il vient, ce qu’il va nous apporter de positif – mais aussi la souffrance que l’on évite ou que l’on choisit de ne pas cautionner – nous fait ouvrir les yeux plus globalement sur notre vie. Comme une impression de reset global. Et s’installe peu à peu une envie de vivre notre vie selon nos valeurs profondes, nos convictions, et pas selon des pseudo-besoins dictés par la grande distribution.

Bref, une nouvelle liberté !!

 

Mes objectifs pour la suite !

  • Continuer à découvrir et me documenter sur le végétarisme et le veganisme
  • Vous transmettre mes pensées et découvertes
  • Passer à l’étape supérieure en supprimant également de notre alimentation la gélatine et la présure animale, présente notamment dans les fromages

A très bientôt donc pour la suite des aventures 😉

Laissez-moi un commentaire pour me raconter où vous en êtes !

Défi végétarien : le bilan du 1er mois !

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde – Gandhi

Déjà un mois que j’ai débuté mon blog et que je me suis lancée dans ce défi végétarien !

Je vous avais promis une chronique de l’ouvrage très complet « Faut-il manger les animaux? » De Jonathan Safran Foer. Bon, autant ne pas vous mentir, j’ai été bien occupée ces dernières semaines et je n’ai pas pris le temps de me poser pour lire. Heureusement, mes vacances avancent à grands pas et j’espère bien me rattraper sur ce coup ! Surtout que j’ai une liste longue comme le bras de livres qui me tentent bien :p

Sur le plan de l’alimentation, je tiens mes engagements et ai mangé VG même au restaurant (Wouuuhouuuu, vous pouvez faire la Ola avec moi pour fêter ça Hiiii !!) Me reste LE point noir de l’alimentation sur mon lieu de travail avec menu unique pour tout le monde et pas trop moyen de négocier du végétarien. Même si j’ai une flemme énorme de devoir me préparer un repas sympa la veille, j’ai pris la décision de procéder comme ça…et d’apporter ma petite gamelle au travail. Et puis, moins je mange de viande, plus c’est difficile d’en manger et je ne peux pas me permettre de sortir de table en ayant encore la dalle parce que j’ai laissé les 3/4 de mon plat :/

enfant vegetarien

Crédit photo Six in the city

Vous avez peut-être remarqué que j’ai également créé une rubrique Enfants VG. En tant que maman de 2 petites filles de 3 et 6 ans, il est extrêmement important pour moi de leur transmettre les valeurs qui me sont chères, notamment le respect de la vie animale et le choix de s’alimenter sainement. Ainsi, dans cette rubrique vous trouverez :

  • des chroniques de livres pour enfants abordant la question du végétarisme
  • des recettes végétariennes sympa à faire avec vos enfants, parce que je suis bien placée pour savoir qu’il est souvent difficile de les faire adhérer à la nouveauté
  • des billets d’humeur ou articles de fond sur le végétarisme en famille, et comment aborder les choses avec nos p’tits loups !

Je vous retrouve très vite pour la suite de l’aventure.

Laissez-moi des petits mots d'encouragements, cela m'aidera à avancer !!!


 

Défi végétarien : 2 semaines et une motivation au taquet !

Voici aujourd’hui 2 semaines que j’ai lancé ce blog et mon défi végétarien. Rien de bien exceptionnel, me direz-vous…et bien figurez-vous qu’en fait si !

Il y a de l’exceptionnel dans ce défi !

Le fait de me définir un objectif, et de m’y engager ici, a boosté ma motivation et mes envies.

Depuis 2 semaines, j’ai progressé sur ce plan. Mes courses ont été exclusivement végétariennes, avec l’achat et la découverte de produits riches en protéines que je vous présenterai prochainement un par un.

Mes courses de la semaine passée : galettes de céréales, seitan en sauce, saucisses au tofu fumé pour mes filles, salami veggie, pâtes à la farine de lentilles corail, et plein de graines :p
Mes courses de la semaine passée : galettes de céréales, seitan en sauce, saucisses au tofu fumé pour mes filles, salami veggie, pâtes à la farine de lentilles corail, et plein de graines :p

Les points positifs :

  • du progrès, avec des courses 100% végétariennes
  • aucune envie de produits carnés, ce qui est plutôt génial en tant qu’ex-grande fan de charcuterie
  • de bons petits kiffs gustatifs, avec un Houmous maison, recette qui déchire topée sur le site madmoizelle.com, et une salade de pâtes/crudités/houmous (oui encore je sais…mais j’adore…!) accompagnée d’une terrasse au soleil ma foi fort sympathique.
  • un désir communicatif, mon petit mari se prenant au jeu du défi ! A la maison, ça bouge, avec plein de découvertes, et même nos louloutes de 3 et 6 ans n’ont pas réclamé de viande. La famille est en mode explorateurs du monde VG !!
Houmous maison, salade de pasta...what else ?
Houmous maison, salade de pasta…what else ?

Les points négatifs à améliorer :

  • des crevettes marinées achetées par mon mari, auxquelles je n’ai pas touché
  • la commande de pizzas avec lardons lors d’une soirée entre amis
  • toujours la consomation de mon « plateau » au boulot 1 à 2 fois par semaine, avec viande en sauce à gogo…

Mon objectif pour le cap 1 mois de défi végétarien :

  • Aucune viande dans l’assiette à la maison
  • Réfléchir à une solution pour éviter de consommer de la viande au travail
  • Avoir terminé de lire Faut-il manger les animaux ? et vous livrer une chronique tonitruante 😉

A vous, maintenant !! Laissez-moi un commentaire pour me dire où vous en êtes niveau alimentation (omnivore curieux, végétarien accompli, vegan épanoui?) et quelles sont vos envies !!

 

Mon défi végé : 6 mois pour supprimer la chair animale de mon assiette !

«La grandeur d’une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés de la manière dont elle traite les animaux.» (Gandhi)

Je me présente pour ceux qui ne me connaissent pas. Je m’appelle Amélie du Peuty, j’ai 33 ans, un chouette mari et 2 petites filles. Je suis médecin généraliste et je travaille dans un service hospitalier de Soins de Suite pour personnes âgées.

La question du végétarisme est présente dans ma vie personnelle, et ma vie de famille, depuis plusieurs années déjà. Changer mes habitudes en matière d’alimentation, mais aussi de consommation raisonnée et responsable, devient de plus important pour moi.

Un événement m’a particulièrement marquée, voire choquée pendant mes études de médecine : les dissections. Cet épisode est un moment marquant de ma vie. En dehors du fait que j’ai du dépasser mes limites pour pouvoir faire ce qu’on me demandait, c’est-à-dire travailler sur un cadavre humain, j’ai réalisé avec effroi que les muscles saignant sous mon scalpel étaient semblables à la viande rouge que je trouvais régulièrement dans mon assiette. Je suis désolée de vous imposer cette description sordide, mais c’est à ce moment-là que j’ai réalisé que manger de la chair animale allait devenir franchement compliqué pour moi. Je n’ai d’ailleurs pas pu toucher à un morceau de viande rouge pendant des mois après cela…

Mon chemin de vie est marqué de plusieurs étapes fondatrices de ce désir de devenir végétarienne, et surtout de le rester !
Mon mari est bouddhiste, et notre rencontre a été l’occasion pour moi d’enfin oser adopter un régime sans viande. Nous avons tenu 2 ans, mais sans réellement équilibrer notre régime alimentaire et sans chercher à compenser par des protéines végétales, fer, vitamines…
Le résultat pour moi : quelques carences alimentaires qui ont eu vite fait de me faire faire machine arrière à l’occasion de ma première grossesse. J’avais tellement peur de ne pas apporter une alimentation saine et variée à ma fille à venir, puis à sa petite soeur, que nous avons repris un régime carné.
Bon, je vous l’avoue, je ne suis pas très fière, surtout en tant que médecin, de n’avoir pas réussi à maintenir mes efforts dans le temps, et de ne pas avoir cherché à équilibrer correctement mon alimentation. Absorbée par le travail, les enfants, la fatigue et le « rush » du quotidien, je n’ai pas pris le temps de faire correctement les choses.

Mais maintenant place à la motivation !
Les filles grandissent, nous sortons la tête de l’eau, et le désir de reprendre les choses en main se fait plus fort. De nombreuses raisons me poussent à relever ce défi : le refus de cautionner l’élevage et l’abattage de masse, la souffrance animale, la difficulté à manger de la chair de cadavre animal, la santé, l’environnement, les valeurs que je veux transmettre à mes filles…J’aurai l’occasion de revenir sur ces sources de motivation dans des articles ultérieurs.

VOICI DONC MON DEFI !

  1.  6 mois pour supprimer de mon assiette la chair animale ou ses produits dérivés (gélatine, présure…). Voici résumée ci-dessous la liste des objectifs que j’espère atteindre pour la fin du mois de novembre 2016 :
    • ne plus acheter ou cuisiner DU TOUT de viande, poisson ou chair animale quelle qu’elle soit.
    • dans un second temps, ne plus en manger non plus en dehors de chez moi (resto, amis, boulot…)
    • découvrir un peu mieux les protéines végétales (tofu, tofu soyeux, seitan et encore plein de choses que je ne connais absolument pas!)
    • réussir à faire abandonner la passion du « zambon » à ma petite de 3 ans, pourquoi pas en allant vers les « viandes végétales »
    • et là, gros gros défi, qui sera surement le plus difficile pour moi : STOP aux autres produits provenant d’animaux morts, notamment présure (qui entre dans la composition de  nombreux fromages) et gélatine. Je commencerai par identifier les aliments qui en contiennent et les évincerai de mon alimentation petit à petit. Moi qui adore la mimolette et le comté ça va être dur !!
  2. Lire et chroniquer un livre par mois sur la cause animale, le végétarisme ou le veganisme. Le premier ouvrage sur lequel j’ai prévu de travailler est « Faut-il manger les animaux? » de Jonathan Safran Foer.
  3. Découvrir, apprivoiser et vous présenter un aliment « vegé » par mois.

Bien sûr j’aspire à partager avec vous mes découvertes, mes succès mais aussi mes échecs (c’est possible ça?!), et peut-être que tout cela vous motivera pour avancer avec moi, qui sait ?

Et vous, vous en êtes où ? 😉